Où vont les nano d’argent?

Vêtements, aliments, cosmétiques, produits pharmaceutiques, électroniques ou éléments optiques, plus de 300 objets courants contiennent des nanoparticules d’argent. Ces nanoparticules sont utilisés comme agents anti-microbiens. 50% des particules s’échapperaient au cours des premiers lavages. Mais pour aller où ?

ARTICLE TROUVE : le Journal de l’Environnement 

Le 19 juin 2012 par Geneviève De Lacour Dans une étude publiée en avril dernier dans la revue Environmental Science&Technology, des scientifiques de l’université de Duke (Caroline du Nord) ont décidé de suivre l’évolution de ces molécules dans l’environnement. Ils redoutent que les particules ne s’attaquent à des bactéries utiles à l’écosystème, mais aussi affectent les plantes et les animaux.

Ces particules sont rejetées dans le milieu naturel via les eaux usées car les systèmes de filtration des stations d’épuration ne sont pas toujours suffisamment efficaces.

De premières études montrent que, dans le milieu naturel, elles peuvent s’agglomérer pour former des particules plus larges, se dissoudre pour rejeter des ions argent ou bien réagir avec l’oxygène et le soufre et créer de nouvelles particules.

L’étude des scientifiques américains a consisté à disperser ces nanoparticules d’argent sur le sol et dans l’eau, dans des «mésocosmes» c’est-à-dire des boîtes recréant à la fois l’habitat terrestre mais aussi les milieux humides. Ils ont étudié pendant 18 mois les transformations chimiques subies dans le milieu naturel et la manière dont ces particules interagissaient avec les plantes et les animaux une fois dans l’environnement. Les plantes de milieux humides ont été introduites tandis que les insectes ont colonisés les mésocosmes naturellement.

Ensuite, les concentrations en nanoparticules ont été mesurées dans l’eau, le sol, les poissons et leurs embryons, les plantes et les différents insectes. Elles ont été comparées à la boite référence, sans nanoparticules d’argent.

Les scientifiques ont ainsi trouvé une accumulation de nanoparticules d’argent dans les plantes terrestres et les animaux aquatiques.

Les plantes terrestres semblent êtres celles qui accumulent le plus de ces particules (18 parties pour million -ppm) par rapport aux plantes aquatiques (1 à 7 ppm).

Parmi les poissons comme les guppys sauvages (Poecilia reticulata), les larves de libellule, les insectes et les moustiques, ce sont les guppys qui présentent les concentrations en nanoparticules d’argent les plus élevées. Les femelles de ces petits poissons semblent transmettre de fortes concentrations (10 à 20 fois les concentrations de contrôle) à leurs embryons.

Résultat surprenant, 70% des particules se retrouvent néanmoins dans les sols et après lessivage des terres dans les sédiments des zones humides.

A la fin de l’étude, 18% de l’argent qui s’était concentré dans l’eau est resté sous la même forme. 55% a réagi avec le soufre pour former du sulfure d’argent, alors que 27% des particules se sont liées à la matière organique des sédiments.

Les particules présentes dans le milieu terrestre ont subi moins de transformation. 47% restent à l’état initial tandis que 52% se sont transformées en sulfure d’argent. Des réactions plus lentes que prévu par les scientifiques.

Alors que ces molécules ne sont pas classées comme toxiques pour l’humain, les invertébrés et les poissons semblent y être beaucoup plus sensibles.

Des études faites sur les cellules montrent que l’argent agit sur les cellules nerveuses tandis que les nanoparticules interfèrent avec le développement du sperme. Des études récentes montrent que ces nanoparticules engendrent des malformations et la mort des embryons exposés. Les scientifiques vont maintenant se pencher sur les effets toxiques des concentrations mesurées lors de cette expérience.

À propos de heidi

Soyez les Bienvenus sur le blog, je vous adresse " Un sourire de Heidi " Qui suis-je ? Une mamie qui aime naviguer sur internet et communiquer avec les autres ; échanger , transmettre , coopérer , partager , voilà les traits propres qui me caractérise et pour faire avancer mon blog j' ai besoin de votre participation et vous êtes tous invités à prendre part à la -disons - conversation sur les différents sujets ; l’esprit est à la discussion - cordiale mais sincère - facilitée par l’outil internet. ; je sais c' est un vaste programme et la diversité est passionnante .....
Ce contenu a été publié dans actualit, environnement, informations, pollution des eaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire